Polaroid revisité par L.Elliott, hôte-amie de La Parenthèse  à La Réole

A son image, le travail de Laurène Elliott est lumineux, subtil, intelligent...

Nous sommes sous le charme et fiers de compter cette jeune photographe parmi les belles rencontres de La Parenthèse.

Venue l'an dernier à la Réole accompagner son compagnon Pierre Deyris qui exposait au festival de la photographie, elle vient de nous dévoiler lors d'un dernier passage à La Réole un pan de son travail (qui en comprend bien d'autres d'ailleurs...)

Là, il s'agit de travailler des clichés polaroids en les trempant "simplement dans l'eau froide ou chaude". Résultat : une transparence et une apparence artistique très loin de ce que l' on a l'habitude de voir dans l'ère des images numériques...

Laurène va prochainement regagner l'Amérique... Elle a encore quelques pièces de cette collection "vitrail" qui peuvent vous intéresser. L'art de se faire plaisir , vraiment plaisir, à un prix franchement raisonnable (petit cadre avec retirage pour 35€ , contact 0660781543)

Bonne continuation à Laurène et Pierre de l'autre côté de l'Atlantique!

Ouvert toute l'année

Tel +33(0)607256729

laparenthese.lareole@gmail.com

Suivez nous sur Facebook!

mar.

06

nov.

2018

L'automne en Entre-deux-mers, des couleurs et saveurs nouvelles

lun.

08

oct.

2018

Alexandre Brasseur quitte Sète pour La Réole

Depuis des mois, il entre dans les foyers de France à travers Demain nous appartient,  une série quotidienne, au succès phénoménal, se déroulant à Sète, tout au bout de notre beau canal...

 

Ce week-end, c'est à La Réole et dans notre maison d'hôtes, qu'Alexandre Brasseur est entré par surprise ou plutôt discrétion!

En chair et en os, équipé pour faire face aux premières pluies automnales, il est arrivé à vélo avec un copain fidèle, un ami complice avec lequel il aime pratiquer le cyclotourisme.

Tous deux ont fait preuve d'une gentillesse et une simplicité vraiment plaisantes!

 

L'art d'apprécier l'instant, de partager votre existence dans une relation étonnante, avec à la clé, le sentiment de se connaitre depuis longtemps, depuis toujours .

Il faut dire qu'Alexandre porte en lui, le talent et le regard profond, si familier, de la lignée des Brasseur,  une lignée qui nourrit notre vie de spectateurs depuis notre enfance...  Si Alexandre avait choisi de dormir dans la chambre Garance, il aurait d'ailleurs vu sur le mur l'affiche des Enfants du Paradis, portant le nom de son grand-père!

 

Ce regard familier et cette belle rencontre nous donnent juste envie de dire à Alexandre de revenir vite à La Réole, la ville d'Edouard Molinaro, qui aime l'art dramatique et les personnes authentiques!